Finalement, qui croire ? La ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet (cdH) qui annonce aux pompiers que leurs revendications sur les retraites sont en partie entendues, ou le ministre des Pensions, Vincent Van Quickenborne, le ministre des Pensions (Open VLD), qui dément la moindre avancée en la matière ?

Marc Gilbert, le président de la fédération royale des sapeurs-pompiers, n’hésite pas « entre une ministre qui s’est exprimée par écrit – et aurait-elle pris le risque de le faire, si aucune décision n’avait été prise ? – et un autre qui se contente de paroles… et varie souvent dans ses déclarations. Car je rappelle que M. Van Quickenborne nous avait fait des promesses, nous disant qu’il connaissait personnellement des sapeurs-pompiers, et qu’il connaissait la pénibilité de notre métier, avant de nous refuser la moindre concession ».

Mais pourquoi, alors, le ministre des Pensions contredit-il sa collègue ? Le commandant Gilbert se perd en conjectures, mais sa conclusion est lapidaire :« Qu’il s’en aille ! Purement et simplement ! Nous en avons assez de ses mensonges ! Il s’en prend à tous les pompiers, francophones, néerlandophones et germanophones, et s’il nous cherche, qu’il sache qu’il nous trouvera ! Car nous sommes à bout de patience ! »