Le riverain décédé à Wetteren à la suite de l’accident d’un train de marchandises a été fortement intoxiqué selon la première autopsie, a indiqué le gouverneur de Flandre orientale Jan Briers. Une deuxième autopsie sera pratiquée lundi.

Quarante-neuf personnes ont été admises à l’hôpital après l’accident. Deux d’entre elles sont toujours aux soins intensifs. Six membres des services de secours ont aussi été emmenés à l’hôpital par précaution.

La victime décédée a été emmenée dans un hôpital à Alost. Les premiers résultats de l’autopsie montrent que l’homme a donc été fortement intoxiqué, a déclaré Jan Briers. «Lundi, il sera transféré vers l’hôpital d’Anvers, où une deuxième autopsie sera pratiquée.»

Les 500 riverains évacués ne peuvent pas encore rentrer chez eux. Certaines écoles seront fermées ce lundi.

Une partie des eaux utilisées pour éteindre l'incendie rejetées dans l'Escaut

La province de Flandre orientale a décidé de rejeter une partie des eaux utilisées pour éteindre les wagons en feu de Schellebelle dans l'Escaut, la station d'épuration de la région étant saturée. "Il n'y a aucun danger pour la santé publique", assure le service de presse de la province.

Ces eaux d'extinction seront pour leur grande part récupérée par un bateau hollandais dépêché du port d'Anvers. Mais celui-ci n'était attendu qu'en milieu d'après-midi ce dimanche à Schellebelle. Vu la saturation des bassins de la station d'épuration, il a dès lors été décidé de relâcher une partie de cette eau polluée dans l'Escaut.
"Entre deux maux, nous choisissons le moindre", argumente la province. "Pour la population, il n'y a aucun danger. Pour les poissons, le risque est possible. Mais dès que les seuils de pollution seront atteints, nous cesserons les rejets dans l'Escaut".570_570_2f89b71e332d2f3d52a7233c0b3fc8e6-1367675992.jpgmedia_xll_5788319.jpgles-pompiers-ont-decide-de-laisser-bruler-les-wagons-de_1181166_460x306.jpgmedia_xll_5787946.jpg